Actualité

3ème confinement national à compter du samedi 3 avril 2021

Posté il y a 17 jours

Pour ralentir la progression de l’épidémie de Covid-19, le Président Emmanuel MACRON a annoncé le mercredi 31 mars 2021, que les mesures restrictives qui s’appliquaient précédemment à 19 départements seront étendues à l’ensemble du territoire français et que les écoles, collèges, lycées seront fermés à compter du 5 avril 2021

Déplacements limités à 10 km, commerces non essentiels fermés

Les mesures pour freiner l’épidémie déjà mises en place dans 19 départements (principalement en Ile de France et dans les Hauts de France) sont étendues à toute la France, à l’exception des territoires et départements d’outre-mer, moins touchés. Le couvre-feu sera maintenu à partir de 19 heures. Les commerces non essentiels, notamment d’habillement, seront fermés sur tout le territoire. Le télétravail sera « systématisé quatre jours par semaine au minimum, pour tous les emplois des secteurs public et privé où cela est possible ».

Il sera possible de se déplacer, de se promener, de pratiquer une activité physique individuelle sans limitation de durée dans un rayon de 10 kilomètres autour de chez soi sous réserve de pouvoir présenter un justificatif de domicile. Une attestation de déplacement dérogatoire sera exigée pour se déplacer au sein du département de résidence et jusqu’à 30 kilomètres au-delà du département pour des motifs précis (achats de première nécessité, accompagnement des enfants à l’école, démarches administratives ou juridiques).

Ces nouvelles mesures s’appliqueront à partir de samedi soir, le 3 avril, pour une durée de quatre semaines. Ceux « qui souhaitent changer de région pour aller s’isoler pourront le faire » jusqu’à la fin du week-end de Pâques, a précisé le chef de l’Etat, avant le retour de contrôles renforcés à partir de mardi 6 avril.

Fermeture des établissements scolaires à compter de la semaine du 5 avril

Crèches, écoles, collèges et lycées seront fermés à compter du vendredi 2 avril pendant trois semaines afin de répondre à la multiplication du nombre de cas rencontrés ces derniers jours. « Les cours se feront à la maison » durant la semaine du 5 au 9 avril, a précisé le Président de la République, sauf « pour les enfants des soignants et de quelques autres professions, de même que les enfants en situation de handicap ».

Les deux semaines suivantes, soit du lundi 12 avril au vendredi 23 avril, tous les élèves seront en vacances, quelle que soit leur zone. La rentrée s’effectuera le 26 avril pour tous les niveaux scolaires, dans les salles de classe en maternelle et primaire, et à distance pour les collèges et lycées qui reprendront les cours en présentiel à compter du 3 mai.

Les parents qui ne pourront pas faire garder leurs enfants pendant cette période, bénéficieront du chômage partiel dans les mêmes conditions que lors des deux précédents confinements.

Rien n’est modifié concernant les étudiants en faculté. Ils pourront, eux, continuer à se rendre à l’université un jour par semaine.

Moyens supplémentaires dans les hôpitaux et accélération de la vaccination

Afin de pouvoir faire face à l’augmentation des admissions dans les services de réanimation à venir dans les prochaines semaines, le chef de l’Etat a réclamé « un effort des soignants pour augmenter nos capacités en réanimation ». Des « renforts supplémentaires » doivent arriver, a-t-il promis, pour permettre de passer le nombre de lits en réanimation de 7 000 « à un peu plus de 10 000 ».

Pour desserrer progressivement à un horizon de 6 semaines toutes ces mesures contraignantes, l’accélération de la vaccination représente un enjeu essentiel d’après le Président de la République. Mercredi soir, 8,5 millions de personnes avaient reçu au moins une dose de vaccin, incluant 2,8 millions qui ont eu les deux doses requises.

Selon le ministère de la santé, 47 millions de doses devraient être livrées en France entre avril et juin. « Nous mettons tous les moyens pour vacciner, vacciner, vacciner. Sans répit, sans jour férié. Le samedi et le dimanche comme la semaine », a assuré M. Macron. Les personnes âgées de 60 ans à 70 ans auront le droit à une première injection « à partir du 16 avril », puis celles entre 50 et 60 ans « à partir du 15 mai ». « Et à partir de la mi-juin, les rendez-vous seront ouverts à l’ensemble des Françaises et Français de moins de 50 ans », a promis le chef de l’Etat, maintenant l’objectif d’avoir proposé « d’ici à la fin de l’été » un vaccin à toute personne majeure qui le souhaiterait.

Liste d'actualités