Actualité

Un plan de vaccination en 3 étapes

Posté il y a 2 mois

Le Premier Ministre, M. Jean CASTEX et le Ministre de la Santé, M. Olivier VERAN, ont présenté lors d’une conférence de presse le 3 décembre 2020, la stratégie de vaccination qui sera mise en œuvre pour endiguer l’épidémie de Covid-19. Les validations prochaines par les autorités sanitaires européenne et française des vaccins des sociétés Pfizer/BioNTech et Moderna permettent d’envisager un début de vaccination de la population française au mois de janvier 2021 et selon 3 étapes.

Cible prioritaire du plan de vaccination

Avec une livraison attendue d’un million de doses de vaccin pour le début du mois de janvier 2021, ce sont les personnes les plus à risque qui seront vaccinées en premier. Celles précisément hébergées dans les maisons de retraite qui ont représenté jusqu’à présent 44% des victimes du Covid-19.

Le plan consistera à livrer ces doses directement aux 10 000 établissements d’hébergement des personnes âgées pour une vaccination immédiate, en tenant compte de contraintes logistiques fortes (stockage des doses à -80°, vaccination au maximum 5 jours après la décongélation).

D’après les chiffres annoncés, on peut supposer que les établissements concernés par cette première étape de vaccination sont les EHPAD (7400), les résidences autonomie (2400) et les résidences séniors avec services (750). Les personnels de ces établissements seront également vaccinés à cette occasion.

Les étapes suivantes

Ensuite, à compter du mois de février, le plan de vaccination s’étendra aux personnes fragiles du fait de leur âge ou de pathologies chroniques, et pour certains personnels de santé (14 millions). Viendra ensuite, au printemps, l’ouverture d’une troisième phase pour l’ensemble de la population. La vaccination sera gratuite pour tous, avec 1,5 milliard d’euros inscrits à cet effet dans le budget de la Sécurité sociale 2021 pour l’achat de 200 millions de doses vaccinales (soit un potentiel de 100 millions de personnes vaccinées, 2 doses administrées à quelques semaines d’intervalle étant nécessaires).

La vaccination ne sera pas obligatoire et se fera « en toute transparence » afin de rassurer les français qui pour moitié y sont réticents. Ainsi le gouvernement a nommé le professeur d’immunologie pédiatrique Alain Fischer. Celui-ci présidera « un conseil d’orientation de la stratégie vaccinale » aux côtés du Ministre de la Santé, composé d’experts scientifiques, de professionnels de santé, de citoyens ou encore de représentants des collectivités territoriales.

Une logistique complexe à organiser

L’acheminement de millions de doses de vaccin en peu de temps avec des contraintes de conservation en froid intense est un défi logistique. Pour « plus de sécurité », outre le circuit principal de distribution reposant sur les acteurs ayant l’habitude d’acheminer les médicaments et les vaccins en direction des Ehpad et maisons de retraite, un second circuit d’approvisionnement s’appuiera sur une centaine d’établissements hospitaliers répartis sur tout le territoire.

Concernant les phases suivantes et la vaccination grand public, aucun centre spécialisé de vaccination à grande échelle ne sera créé. Elles s’appuieront prioritairement sur les professionnels de santé et en particulier, les médecins généralistes. En effet ces derniers auront un rôle pédagogique auprès de leurs patients qui leur font confiance, pour les rassurer sur les vaccins et répondre à leurs questions.

 

 

 

Liste d'actualités