EHPAD / Maisons de retraite

Préparer son entrée en maison de retraite

Préparer son entrée en maison de retraite

À quel âge entrer en EHPAD/ maison de retraite ?

Précisons d’emblée que le terme « maison de retraite » désigne l’ensemble des résidences pour les personnes âgées, médicalisées ou non. Dans les deux cas, il faut avoir au minimum 60 ans pour y entrer. Toutefois, des dérogations peuvent être consenties en cas d'admission avant cet âge, en fonction des structures.

L’entrée en établissement est souvent dictée par la volonté de la personne de vivre en collectivité – où elle pourra par exemple bénéficier d’activités de loisirs en commun – mais aussi par son état de santé. Un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sera ainsi à même d’offrir une surveillance médicale continue.

Analyse de l’expert : quelle est la démographie des personnes accueillies en EHPAD ?

Selon l’INSEE, 594 700 lits étaient proposés en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) fin 2017, contre 27 000 en établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPA). Depuis 2009, le nombre de lits en EHPA a fortement diminué (– 8,5 % par an en moyenne) alors que le nombre de lits en EHPAD a augmenté (+ 2,0 % par an en moyenne). Le facteur démographique explique cette évolution : la proportion de personnes âgées très dépendantes (classées en GIR 1 et 2, note 2), qui nécessitent un accompagnement médical plus conséquent, s’accroît tendanciellement au sein de la population hébergée en institutions.

Selon la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, “en 2030, 21 millions de seniors de 60 ans ou plus vivront en France, soit 3 millions de plus qu’en 2019. Selon le modèle de projection Lieux de vie et autonomie (LIVIA) de la Drees, conserver les pratiques actuelles d’entrée en institution des personnes âgées en perte d’autonomie supposerait de doubler dans la durée le rythme d’ouverture de places observé depuis 2012, afin d’accueillir 108 000 résidents supplémentaires en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) entre 2019 et 2030, puis encore 211 000 entre 2030 et 2050, qui viendraient s’ajouter aux 611 000 résidents sur les places existantes. Cependant, favoriser le maintien à domicile et limiter les places en EHPAD, comme le plébiscitent les politiques actuelles, pourrait entraîner le report d’une partie des seniors vers des formes d’habitat intermédiaire entre les logements ordinaires et les EHPAD, comme les résidences autonomie. Le nombre de personnes en résidences autonomie ou en résidences séniors, qui s’élève actuellement à un peu plus de 100 000, devrait alors être multiplié par 1,5 à 2,5 en 2030 par rapport à aujourd’hui, selon les scénarios d’évolution du nombre de places en EHPAD retenus. Les EHPAD se concentreraient alors sur l’accueil des seniors les plus dépendants. Dans une hypothèse plus optimiste, où l’espérance de vie sans perte d’autonomie augmenterait d’autant d’années que l’espérance de vie globale, le maintien du rythme d’ouverture de nouvelles places en EHPAD observé depuis 2012 suffirait pour conserver les pratiques actuelles d’entrée en institution des seniors en perte d’autonomie entre 2020 et 2050”.

Comment préparer l’entrée en EHPAD/ maison de retraite ?

Le devenir du logement anciennement occupé soulève généralement de nombreuses questions. En cas de location, il conviendra de résilier le bail en respectant le délai de préavis qui peut être réduit à un mois si l’entrée en EHPAD est justifiée par des raisons médicales, lesquelles doivent être attestées par un certificat. Si la personne âgée est propriétaire de son logement, elle pourra le vendre, éventuellement en viager, ou le mettre en location, notamment si le montant de sa pension de retraite est inférieur au coût mensuel de la maison de retraite. Notons toutefois dans ce cas qu’il est possible de demander l’Aide sociale à l’Hébergement (ASH) voir question 8. Le Conseil départemental qui verse cette aide ne peut pas imposer de vendre ou louer l’ancienne résidence principale de la personne. Attention, les sommes versées au titre de l’ASH seront récupérées du vivant de la personne en cas de donation, ou à son  décès sur le premier euro de la succession.

Si les chambres des EHPAD sont meublées (lit, table de chevet, table fauteuil…), il est possible de personnaliser ce nouvel environnement avec du mobilier peu encombrant. Le linge (draps, taies d’oreiller, serviettes de bain, gants de toilette…) est fourni et entretenu par l’EHPAD. Pour le linge personnel du résident, il est conseillé de mentionner le nom du résident sur chaque pièce afin d’éviter toute perte lors de la prestation de blanchisserie. La famille peut toutefois décider de laver le linge de son proche.

Dans les résidences séniors avec services ou autonomie, la personne âgée meuble le plus souvent son logement.

Un état des lieux de la chambre ou du logement est réalisé lors de chaque arrivée en maison de retraite.

L’avis de l’expert : à quel moment entrer en EHPAD/ maison de retraite ?

L’entrée en maison de retraite est souvent une décision difficile pour les personnes âgées et leur famille. De ce fait, elle tarde souvent à être prise. Pour autant, il peut être néfaste d’attendre que les capacités physiques, mentales et sensorielles de la personne âgée ne se dégradent trop avant d’y songer. Ses possibilités de s’adapter dans son nouvel environnement pourrait s’en trouver amoindries et rendre plus difficile son intégration

Quel type d’EHPAD/ maison de retraite choisir ?

Les résidences séniors avec services permettent aux personnes âgées d’accéder par l’achat ou la location à des logements privatifs tout en bénéficiant de services collectifs. Ces résidences sont gérées par des organismes privés, commerciaux ou associatifs.

Les résidences autonomie, ex-foyers logements, accueillent quant à elles le même public – des personnes âgées autonomes ou présentant un faible niveau de dépendance - mais leur statut diffère : majoritairement gérées par des organismes publics, notamment des centres communaux d’action sociale ou des associations, elles défendent une vocation sociale. Le coût du logement y est donc moins élevé. Et à la différence des résidences séniors avec services, les résidences autonomie relèvent de la catégorie des établissements et services sociaux et médico-sociaux. Ce qui signifie qu’ils relèvent du code de l’Action sociale et des Familles, lequel prévoit par exemple de nombreuses dispositions de nature à protéger les publics en situation de fragilité.

Ces résidences présentent l’avantage de permettre aux personnes âgées de vivre de manière indépendante tout en ayant la possibilité de faire appel à des services collectifs : restauration, ménage, activités….

En cas de problèmes de santé plus importants ou de dépendance, il sera préférable de s’orienter vers un Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) qui est un établissement médicalisé.

L’avis de l’expert : comment choisir son EHPAD ?

Différentes options sont possibles : opter pour une structure proche de l’ancien domicile pour conserver ses repères ou choisir de changer de région pour, par exemple, se rapprocher des enfants. Dans tous les cas, il est essentiel de comparer les prestations proposées et leur prix, de demander si l’établissement propose des places habilitées à l’aide sociale (s’il est nécessaire de demander une aide financière pour l’hébergement) et de s’intéresser à l’organisation des soins et à la présence de professionnels soignants, y compris la nuit.

Quelle que soit la solution choisie, il est également important de visiter l’établissement à plusieurs reprises (en semaine et le week-end par exemple), de se renseigner sur les moyens de transport, de poser des questions sur les services et activités proposés, de demander si les animaux de compagnie sont acceptés ou encore de consulter les menus. Si cela est possible, il est conseillé d’effectuer un séjour temporaire dans l’établissement afin de mieux appréhender ce nouvel environnement et d’échanger avec les résidents et le personnel. Il est enfin essentiel de comparer les tarifs pratiqués en identifiant bien ce qui est compris ou non (l’entretien du linge peut par exemple faire l’objet d’un supplément).

Qu’est-ce que la grille AGGIR ? A quoi sert-elle ?

La grille Aggir permet d’évaluer la capacité de la personne âgée à accomplir dix activités corporelles et mentales utilisées pour déterminer le groupe iso-ressources (Gir) et 7 activités domestiques et sociales.

Les activités corporelles et mentales comprennent par exemple la communication verbale et non verbale, le repérage dans l’espace et le temps, la possibilité de faire sa toilette, se s’habiller…. Pour en connaître le détail, cliquez ici

Les activités domestiques et sociales désignent quant à elles la préparation des repas, la gestion du budget, les tâches ménagères, la prise autonome d’un traitement médicamenteux… Pour en connaître le détail, cliquez ici

La Grille Aggir comprend six groupes iso-ressources (Gir).

Le GIR 1 désigne les personnes les plus dépendantes - confinées au lit ou au fauteuil, qui présentent des fonctions mentales gravement altérées et dont l’état nécessite une présence indispensable et continue d'intervenants. Le GIR 6 désigne les personnes les moins dépendantes qui sont « encore autonomes pour les actes essentiels de la vie courante ». Avec l’avancée en âge, une réévaluation du GIR est souvent nécessaire. Elle peut être demandée au Conseil départemental.

Sources


1 - Tableaux de l’économie française, édition 2020.

2 – Le classement GIR– ou iso-ressources – détermine le niveau de dépendance de la personne, en fonction d’une grille appelée grille Aggir. Les personnes classées en GIR 1 sont les plus dépendantes.

3 - Etudes & Résultats, Drees, n°1172, décembre 2020.

Hélène Delmotte

Notre experte

Hélène Delmotte
  • Logo Linkedin

Journaliste spécialisée dans les champs de la santé, du social et du médico-social depuis 20 ans, auteure de plusieurs ouvrages, j'anime aussi régulièrement des tables rondes et des débats pour des institutions, des entreprises, des associations de patients et d'usagers.

Dernières actualités EHPAD / Maisons de retraite

Journée mondiale Alzheimer

Journée mondiale Alzheimer

il y a 12 jours

Il reste tant à faire…

La Journée mondiale Alzheimer, organis&eacu... [...]

Observatoire du grand âge, tous contributeurs !

Observatoire du grand âge, tous...

il y a 12 jours

Invité des Assises Nationales des Ehpad, Laurent Garcia a présenté les trava... [...]

Des contrôles renforcés dans les Ehpad

Des contrôles renforcés dans les...

il y a 12 jours

Florence Allot, adjointe au Directeur général de la cohésion sociale (DGCS),... [...]