Handicap

Quelles aides financières et accompagnement pour les enfants/adolescents handicapés

Quelles aides financières et accompagnement pour les enfants/adolescents handicapés

Quelles aides financières pour mon enfant handicapé ?

Différentes aides existent pour aider les parents à accompagner au mieux leur enfant en situation de handicap.

L’Allocation Journalière de Présence Parentale (AJPP)

L'AJPP peut être versée aux parents qui s’occupent de leur enfant gravement malade ou handicapé, dans la limite de 22 jours par mois et pour une période de trois ans maximums.

Après ces trois années, le droit à l’AJPP peut être à nouveau ouvert si les parents justifient des deux éléments suivants : une rechute ou une récidive de la maladie de l'enfant, un état de santé continuant de requérir une présence soutenue à son côté.

Le montant de cette allocation versée par la Caisse d’allocations familiales est de 43,14 euros par jour ou de 51,25 euros par jour si le parent vit seul. En termes de démarche, un certificat médical précisant l’état de santé de l’enfant et l’obligation d'une présence à ses côtés, doit être adressé à la caisse d'assurance maladie à laquelle est affilié l'enfant.

L’Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé (AEEH)

L’AEEH peut être demandée à la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées MDPH). Le montant de l’AEEH, versée jusqu’aux 20 ans de l’enfant, est de 132,61 euros par mois. Des compléments à l’AEEH peuvent être demandés dans certaines situations : dépenses importantes liées au handicap de l’enfant, parent isolé, arrêt de travail d’un parent pour prendre soin de l’enfant, emploi d’une tierce personne, achat de matériel et équipement spécifique… 

La Prestation de Compensation du Handicap (PCH)

La PCH est destinée à aider à financer certains frais liés au handicap. Elle comporte cinq aides distinctes et cumulables : les aides humaines, les aides techniques, l’aménagement du logement ou du véhicule et les frais de surcoût de transport, les dépenses exceptionnelles ou spécifiques et les aides animalières.

La PCH, qui doit être demandée à la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, auprès de la MDPH peut être cumulée avec l’AEEH de base. Si les parents perçoivent un complément de l’AEEH, le cumul ne sera possible que pour la partie de la PCH consacrée à l'aménagement du logement, du véhicule, ou pour compenser des surcoûts liés au transport.

Les autres aides

Des demandes d’aide financière peuvent être adressées aux assistantes sociales du Conseil départemental ou du Centre Communal d’Action Sociale CCAS). La CAF et certaines mutuelles peuvent par ailleurs contribuer à la prise en charge de certaines dépenses : des vacances ou une aide dans le cadre de la scolarisation.  

Quels congés spécifiques pour les parents d’enfants handicapés ?

Des congés spécifiques peuvent être demandés par les parents d’un enfant en situation de handicap.

A l'annonce d'un handicap chez l'enfant

Un salarié peut demander un congé spécifique – de deux jours - en cas d'annonce d'un handicap de son enfant. Ces jours de congés, payés normalement, ne peuvent pas être déduits du nombre de jours de congés annuels. Le salarié doit remettre un justificatif à son employeur.

Le congé de présence parentale

Le congé de présence parentale permet à un salarié du secteur privé de s'occuper de son enfant si l'état de santé de ce dernier nécessite une présence soutenue et des soins contraignants en lien avec une maladie, un handicap ou un accident grave. Le salarié doit demander ce congé à son employeur au moins 15 jours avant la date souhaitée. La demande doit être accompagnée d’un certificat médical précisant les deux conditions requises : la gravité de l’état de santé de l’enfant, et la nécessité d'une présence soutenue à ses côtés.

Le certificat médical précise également la durée prévisible du traitement de l'enfant. La durée du congé est égale à la durée du traitement dans la limite de 310 jours ouvrés sur une période maximale de trois ans. Si le congé initial doit être prolongé, le salarié adressera à cette échéance un nouveau certificat médical à son employeur.

Chaque fois que le salarié souhaite prendre un ou plusieurs jours de congé, il en informe l'employeur au moins 48 heures à l'avance. Pendant ce congé, le salarié n’est pas rémunéré mais il lui est possible de demander l’allocation journalière de présence parentale. La période d’absence est prise en compte dans le calcul des avantages liés à l'ancienneté et du compte personnel de formation

Le congé de proche aidant / de solidarité familiale

Le congé de proche aidant permet de s'occuper d'une personne en situation de handicap ou de perte d’autonomie d'une particulière gravité. Sa durée est de trois mois. Il est renouvelable dans la limite d’une année sur l’ensemble de la carrière.

Le congé de solidarité familiale permet quant à lui d’assister un membre de la famille dont le pronostic vital est engagé. La durée du congé de solidarité familiale est de 3 mois, renouvelable une fois.

Ces deux congés ne sont pas rémunérés mais des allocations journalières peuvent être versées par l’Assurance Maladie.

Les congés payés et les RTT

Les salariés peuvent bénéficier de deux jours de congés supplémentaires par an, lorsque l’enfant est en situation de handicap.
Enfin, un salarié peut faire don de ses jours de repos à un collègue dont l’enfant de moins de 20 ans est atteint d'une maladie, d'un handicap ou a été victime d'un accident grave.

Hélène Delmotte

Notre experte

Hélène Delmotte
  • Logo Linkedin

Journaliste spécialisée dans les champs de la santé, du social et du médico-social depuis 20 ans, auteure de plusieurs ouvrages, j'anime aussi régulièrement des tables rondes et des débats pour des institutions, des entreprises, des associations de patients et d'usagers.

Dernières actualités Handicap

Formation : mieux comprendre les maladies psychiques pour mieux y faire face

Formation : mieux comprendre les...

il y a 27 jours

L’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées... [...]

PCH : les modalités de l’aide humaine élargies

PCH : les modalités de l’aide humaine...

il y a 14 jours

Les modalités d’attribution de l’aide humaine à apporter aux personnes... [...]