Handicap

Quelles structures d’accueil et de travail pour les adultes handicapés ?

Quelles structures d’accueil et de travail pour les adultes handicapés ?

Quelles sont les structures d’hébergement médicalisé pour les adultes handicapés ?

Pour un séjour long et médicalisé, deux options sont possibles : le Foyer d’Accueil Médicalisé ou la Maison d’Accueil Spécialisée.

Le Foyer d’Accueil Médicalisé (FAM)

Le FAM est destiné aux adultes handicapés, voire polyhandicapées, qui sont dans l’incapacité de réaliser seul les actes de la vie quotidienne : s’habiller, se laver ou se déplacer par exemple.

Il propose un accompagnement pour réaliser ces actes, une surveillance médicale ainsi qu’une aide éducative qui a pour objectif de renforcer l’autonomie de la personne.

Les équipes des FAM associent de nombreuses compétences : infirmières, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, animateurs, éducateurs spécialisés, aides-soignantes, aides médico-psychologique…

Toute demande d’admission doit être effectuée auprès de la Commission des Droits et de l'Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH). Cet hébergement est financé par l’Assurance maladie pour la partie soins et par le Conseil départemental pour la partie hébergement et vie sociale. La personne en situation de handicap participe également aux frais d’hébergement sachant qu’un minimum de revenus doit être laissé à sa disposition : 270,81 € par mois.

La Maison d’Accueil Spécialisée (MAS)

La MAS est également destinée aux adultes handicapés qui sont dans l’incapacité de réaliser seul les actes de la vie quotidienne : s’habiller, se laver ou se déplacer par exemple. Les équipes des MAS apportent donc une aide pour satisfaire les différents besoins quotidiens : hébergement, nourriture, soins… Elles assurent une surveillance et une assistance médicale et proposent également des activités afin de préserver les acquis de la personne en situation de handicap ou de faciliter l’ouverture vers la vie sociale, par le biais par exemple de l’art-thérapie.

Les professionnels présentent donc de multiples compétences et profils et travaillent en pluridisciplinarité : psychologues, infirmiers, orthophonistes, ergothérapeutes, musicothérapeutes, éducateurs spécialisés, moniteurs éducateurs, aides médico-psychologiques, aides-soignants…

Toute demande d’admission doit être effectuée auprès de la Commission des Droits et de l'Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH). Les prestations proposées et les modalités de financement sont les mêmes que pour les FAM.

Avis de l’expert : Quelle est la différence entre MAS et FAM ?

La MAS accueille en théorie des publics plus lourdement handicapés que dans un FAM mais dans les faits, il existe peu de différences.

Quelles sont les solutions d’accueil temporaire ?

Les structures d’accueil temporaire ont pour mission d’accompagner des personnes en situation de handicap de manière limitée dans le temps, avec ou sans hébergement. Ces établissements poursuivent trois objectifs : faciliter l’intégration sociale et l’autonomie de la personne handicapée, proposer une solution d’accueil en urgence en cas de nécessité, et offrir une solution de répit aux proches aidants.

Des accueils temporaires peuvent être proposés par les Instituts Médico Educatifs (IME), les Foyers d'Accueil Médicalisé (FAM), voire par des services hospitaliers :

  • Les Instituts Médico Educatifs (IME) accueillent les enfants âgés de 3 à 20 ans atteints de déficience intellectuelle.
  • Les Foyers d'Accueil Médicalisé (FAM) accueillent des adultes dont le handicap (mental, physique ou handicaps associés) rend nécessaire l'assistance d'une tierce personne pour la plupart des actes de la vie courante.

Une demande d’admission doit être adressée à la Commission des Droits et de l'Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH), auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).

La durée de l'accueil temporaire est de 90 jours maximum par an, lesquels peuvent être séquencés dans l’année.

Une participation aux frais est demandée de l’ordre de 13 euros par jour pour les personnes majeures et de 20 euros par jour en cas d’accueil avec hébergement. Notons que pour les moins de 18 ans, les frais sont pris en charge par l’Assurance Maladie.

Quel accompagnement à domicile ou en institution pour les personnes handicapées ?

Les Services d’Accompagnement à la Vie Sociale (SAVS) et les Services d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés (SAMSAH) mettent en place un accompagnement permettant de maintenir, voire de restaurer, les liens familiaux, sociaux, scolaires, universitaires ou professionnels de personnes en situation de handicap. Chaque accompagnement est individualisé et fait donc appel aux multiples ressources de ces organismes en fonction du profil de chaque personne accompagnée : auxiliaires de vie sociale, assistants de service social, aides médico-psychologiques, psychologues, éducateurs spécialisés, chargés d’insertion….

Les SAVS et les SAMSAH peuvent intervenir au domicile de la personne, dans des établissements sociaux et médico-sociaux mais également au sein d’une école, d’une université ou sur le lieu de travail, en milieu ouvert ou protégé.

Les Services d’accompagnement à la vie sociale (SAVS)

Le SAVS accueille, sur décision de la Commission des Droits et de l'Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH) des personnes entre 20 et 60 ans qui présentent une incapacité permanente au moins égale à 80% ou qui se trouvent dans l'impossibilité, compte tenu de leur état de santé, de se procurer un emploi. Les personnes de plus de 60 ans peuvent continuer de bénéficier de l’accompagnement d’un SAVS si leur handicap a été reconnu avant cette limite d’âge. Ces structures proposent une aide dans la réalisation des actes de la vie quotidienne et un accompagnement de nature à préserver les relations familiales et sociales et à faciliter l'insertion scolaire, universitaire et professionnelle. Elles proposent également un suivi éducatif et psychologique.

Les Services d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés (SAMSAH)

Les SAMSAH s’adressent aux personnes adultes en situation de handicap qui ont besoin d’une aide pour la réalisation des actes de la vie quotidienne, d’un apprentissage à l’autonomie et de soins réguliers. Il propose un accompagnement médico-social adapté qui comprend des prestations de soins. Comme le SAVS, le SAMSAH accueille des personnes handicapées sur décision de la CDAPH.

Avis de l’expert : Quelles sont les différences entre un SAMSAH et un SAVS ?

Contrairement au SAVS, le SAMSAH propose des prestations de soins ou d’accompagnement vers le soin. Il s’adresse à des personnes plus lourdement handicapées. La structure se révèle en outre plus adaptée aux personnes atteintes de troubles psychiques.

Quelles sont les structures qui peuvent faciliter mon insertion professionnelle ? Qu’est-ce qu’un ESAT ?

L’Etablissement et Service d'Aide par le Travail (ESAT) permet aux personnes en situation de handicap de travailler tout en bénéficiant d'un soutien médico-social et éducatif. Il est réservé aux personnes de plus de 20 ans qui ne peuvent pas travailler en milieu dit « ordinaire » ou au sein d’une entreprise adaptée.

Dans une entreprise dite adaptée, qui relève du code du Travail, les travailleurs handicapés représentent au moins 55 % de l’effectif et ils ont le statut de salarié. Dans un ESAT, qui est un établissement médico-social financé en grande majorité par l’Etat, ils ont le statut d’usager.

Pour demander à intégrer un ESAT, il faut soit présenter une capacité de travail inférieure au tiers de celle d'une personne valide, soit présenter une capacité de travail supérieure à ce tiers mais avoir besoin d’un soutien médical, éducatif, social ou psychologique.

La Commission des Droits et de l'Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH) peut autoriser une orientation en ESAT dès l'âge de 16 ans. Une période d’essai de six mois, renouvelable, est possible.

Dans la pratique, un contrat de soutien et d'aide par le travail est signé pour un an renouvelable entre les deux parties, il précise les droits et obligations de chacun.

Le salaire varie entre 5,71 euros et 11,35 euros par heure dans la limite de 35 heures de travail par semaine. En cas de maladie, la rémunération est maintenue intégralement pendant la période d’indemnisation de l'Assurance maladie.

Après un mois de présence, le droit à congé annuel est de 2,5 jours ouvrables par mois dans la limite de 30 jours ouvrables.

Les précisions de l’expert : Combien d’ESAT en France et dans quels secteurs ?

Selon les dernières données publiques disponibles, 1.420 ESAT accompagnaient 122.600 personnes en 2014. Les domaines d’intervention des Esat sont nombreux : conditionnement, entretien d’espaces verts, restauration, blanchisserie, nettoyage, création graphique, imprimerie, recyclage de déchets….

Hélène Delmotte

Notre experte

Hélène Delmotte
  • Logo Linkedin

Journaliste spécialisée dans les champs de la santé, du social et du médico-social depuis 20 ans, auteure de plusieurs ouvrages, j'anime aussi régulièrement des tables rondes et des débats pour des institutions, des entreprises, des associations de patients et d'usagers.

Dernières actualités Handicap

Rentrée scolaire des enfants en situation de handicap : Quelle réalité ? Quels recours ?

Rentrée scolaire des enfants en...

il y a 3 mois

À quelques jours de la rentrée scolaire, la Défenseure des droits, Claire H&... [...]

Revalorisation et aide exceptionnelle pour les bénéficiaires de l’AAH

Revalorisation et aide exceptionnelle...

il y a 3 mois

La loi du 16 août 2022 portant sur les mesures d'urgence pour la protection du pouvoir... [...]

L’Allocation aux adultes handicapés déconjugalisée

L’Allocation aux adultes handicapés...

il y a 4 mois

Un amendement voté dans le cadre du projet de loi sur le pouvoir d’achat prév... [...]