L’Hospitalisation à Domicile (HAD) à Neuilly-sur-Marne permet à un patient d’être soigné à son domicile. Elle se présente comme une alternative intéressante à l’hospitalisation dans certains cas cliniques. Comme partout en France, les missions assurées par la HAD se rapprochent étroitement de celles d’une hospitalisation. L’avantage d’une Hospitalisation à Domicile (HAD) pour un patient est la possibilité d’être soigné dans son environnement social et familial.

L’Hospitalisation à Domicile (HAD) est généralement accessible aux habitants de Neuilly-sur-Marne. Pour en bénéficier, le domicile d’un patient doit répondre aux exigences sécuritaires et sanitaires d’une HAD. Pour ce faire, l’Hospitalisation à Domicile (HAD) de Neuilly-sur-Marne prend en charge l’aménagement du logement si besoin est.

Neuilly-sur-Marne : Admission et choix d’une Hospitalisation à Domicile (HAD)

À Neuilly-sur-Marne, un patient justifiant d’un état clinique certifié par son médecin traitant ou un médecin hospitalier peut recourir à une Hospitalisation à Domicile (HAD). Étant donné que ce dernier est le premier responsable de tous les soins et suivis médicaux administrés durant l’Hospitalisation à Domicile.

L’implantation d’une structure d’Hospitalisation à Domicile (HAD) sur un lieu bien déterminé doit recevoir l’aval de l’Agence Régionale de Santé (ARS). En effet, chaque ville, à l’instar de Neuilly-sur-Marne possède son propre établissement, ceci afin de répondre à un souci de proximité.

Que se passe-t-il après une Hospitalisation à Domicile (HAD) à Neuilly-sur-Marne ?

Après une Hospitalisation à Domicile (HAD) à Neuilly-sur-Marne, ou sur n’importe quel point du territoire national, dans la majorité des cas, la personne reste à son domicile. Cela signifie qu’elle est guérie ou bien qu’elle a besoin d’un suivi moins intensif qui peut être assuré par un Services de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD).

Dans 1 cas sur 5, l’Hospitalisation à Domicile (HAD) à Neuilly-sur-Marne, débouche sur une hospitalisation car les situations du patient est trop lourde à gérer à son domicile ou parce que son état s’est aggravé.

Enfin dans moins de 10% des situations, la personne décède. Ceci s’explique par le fait que dans 25% des cas, l’Hospitalisation à Domicile (HAD) est décidée pour des soins palliatifs.

En savoir