Les guides

Comment évaluer l’autonomie d’une personne âgée ?

Quel type de maison de retraite choisir ?

Chacun peut estimer assez facilement le degré d’autonomie d'une personne âgée qu’elle connaît bien. Mais pour rendre cette mesure incontestable et fiable, les pouvoirs publics ont mis au point depuis une douzaine d’années une grille nationale dite AGGIR pour Autonomie Gérontologie- Groupes Iso-Ressources, qui est utilisée lors de l’admission en maison de retraite.
La grille AGGIR doit être remplie par un médecin ou une équipe spécialisée dans l'autonomie comme celles atteintes de la maladie d’Alzheimer. Pour autant l’EHPAD n’a pas pour vocation à dispenser des actes maison de retraite et se présente sous la forme d’un questionnaire destiné à apprécier les difficultés d’une personne dans l’exercice des actes quotidiens de la vie : la toilette, l’habillage, l’alimentation, la préparation des repas, les déplacements, etc.
Les résultats de l’évaluation produite par cette grille AGGIR sont importants car ils permettent de déterminer pour une personne âgée l’accès à l’Allocation Personnalisée d’Autonomie et parce qu’elle conditionne une partie des financements des maisons de retraite en fonction du degré de dépendance globale de leurs résidents.

Le questionnaire d’évaluation balaye 17 critères :

10 critères sont "discriminants", c’est-à-dire entrent directement en compte dans le calcul de la dépendance de la personne âgée :

    • Cohérence
    • Converser et se comporter de façon sensée par rapport aux normes admises
    • Orientation
    • Se repérer dans le temps (jour/nuit, matin/ soir), dans les lieux habituels ou non ...
    • Toilette
    • Faire seul, habituellement et correctement, sa toilette du haut et du bas du corps.
    • Habillage
    • S’habiller, se déshabiller, seul, totalement et correctement.
    • Alimentation
    • S’alimenter seul et correctement.On considère que les aliments sont déjà préparés.
    • Élimination
    • Assurer seul et correctement l’hygiène de l’élimination.
    • Transferts
    • Passer seul, d’une des 3 positions (debout, assis, couché) à une autre, dans chaque sens.
    • Déplacements intérieur
    • Se déplacer seul à l’intérieur (éventuellement avec canne, déambulatoire ou fauteuil roulant).
    • Déplacements extérieur
    • Se déplacer seul à l’extérieur en tenant compte de l’environnement : obstacles, escaliers, transports en communs.
    • Communication à distance
    • Pouvoir utiliser les moyens de communication (téléphone, alarme, sonnette) dans le but d’alerter.

7 critères sont seulement "illustratifs" car ils n’entrent pas directement dans l’évaluation quantitative de la dépendance mais permettent de mieux prévoir les aides dont aura besoin la personne âgée en matière de gestion budgétaire, de cuisine, ménage, transports, achats, suivi du traitement et activités de temps libre.

La grille des valeurs GIR

Pour chaque critère, la personne âgée recevra une « note » selon qu’elle accomplit normalement, partiellement ou pas du tout ces actes de la vie courante. Une somme de ces résultats sur les 10 critères discriminants est faite qui détermine une note globale permettant de la classer dans une des 6 catégories ou profil type décrivant son degré de dépendance globale. On appelle ces catégories les GIR pour Groupe Iso Ressources

    • Valeur du GIR
    • Profil de la personne âgée
    • 1
    • Dépendance totale, mentale et corporelle
    • 2
    • Grande dépendance
    • 3
    • Dépendance corporelle
    • 4
    • Dépendance coporelle partielle
    • 5
    • Dépendance légère
    • 6
    • Pas de dépendance notable ou suffisante

Evaluation des maisons de retraite concernant l’autonomie

Une maison de retraite possédant un GIR faible (inférieur à 2) héberge une population de personnes âges majoritairement très dépendantes.

A l’inverse une maison de retraite qui affiche un GIR supérieur à 4 correspond à un établissement comptant une majorité de résidents relativement autonomes.

Il s’agit bien entendu de choisir une maison de retraite dont le GIR correspond approximativement à celui de la personne à recevoir.

Il doit être également noté que les dotations financières des maisons de retraite s’établissent en partie en fonction de la valeur de leur GIR.